Flash info: Forfait mobilité 2020

01 Jan. 2020

«  Le forfait mobilité durable a été mis en place par la Loi d’orientation des mobilités votée le 24 décembre 2019 et est entrée en vigueur le 1er janvier 2020.

 

Avec cette loi, le forfait est déterminé par l’article L 3261-3-1 du Code du travail :

« L’employeur peut prendre en charge, dans les conditions prévues pour les frais de carburant à l’article L. 3261-4, tout ou partie des frais engagés par ses salariés se déplaçant entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail avec leur cycle ou cycle à pédalage assisté personnel ou en tant que conducteur ou passager en covoiturage, ou en transports publics de personnes à l’exception des frais d’abonnement mentionnés à l’article L. 3261-2, ou à l’aide d’autres services de mobilité partagée définis par décret sous la forme d’un “ forfait mobilités durables ” dont les modalités sont fixées par décret. »

Cette indemnité remplace l’indemnité kilométrique vélo (prise en charge forfaitaire et non plus kilométrique).

 

Le montant, les modalités et les critères d’attribution de la prise en charge des frais sont déterminés :

– par accord d’entreprise ou par accord interentreprises, et à défaut par accord de branche.

– à défaut d’accord, la prise en charge de ces frais est mise en œuvre par décision unilatérale de l’employeur .

 

La prise en charge des frais prend la forme d’un versement annuel dans la limite de 400 euros.

S’agissant d’un maximum, le montant réellement pris en charge par l’entreprise dépend du texte source (accord d’entreprise, décision unilatérale ou accord national).

La somme versée par l’employeur sera entièrement exonérée d’impôt et de cotisations sociales dans cette limite de 400 € par an, dont 200 € au maximum pour les frais de carburant (donc cumul possible avec frais de carburant).

 

Attention, il manque les décrets d’application à défaut desquels il ne peut rien être fait.

En effet « un décret en Conseil d’Etat déterminera les modalités des prises en charge prévues aux articles L. 3261-2 à L. 3261-4, notamment pour les salariés ayant plusieurs employeurs et les salariés à temps partiel, ainsi que les sanctions pour contravention aux dispositions du présent chapitre » (article 82 de la loi).

Nos autres articles

Prélèvement à la source en Europe : le casse-tête français

Depuis l’application du prélèvement à la source au 1er janvier 2019, la France a rejoint les pays européens. En Europe la quasi-totalité des Etats ont adopté cette mesure depuis des années comme l’Allemagne qui l’a appliquée en 1926. Les critiques les plus récurrentes...

Le management de l’embauche

DE L’APPRENTISSAGE… Jadis, quand un nouveau salarié intégrait une entreprise il était supposé ne rien savoir ou presque. L’entreprise assurait dès l’embauche, une prise en charge complète de la prise de poste avec une transmission cadrée du métier et des valeurs de...

Droit social : des acomptes

Les salariés qui le demandent ont-ils droit à un acompte sur salaire ? Il faut tout d’abord distinguer l’acompte de l’avance sur salaire. Contrairement à l’avance qui s’assimile à un prêt, le salarié n’ayant pas encore accompli le travail permettant de générer une...

De la rémunération du travail

Comment faire de la rémunération un élément de cohérence par rapport à l’emploi ? La rémunération est composée de plusieurs éléments distincts : Le salaire de base qui est le montant contractuel négocié en respect du minimum prévu par la convention collective...