Éthique du travail : une comparaison bienvenue des pratiques du secteur public et du secteur privé dans l’externalisation de la gestion de paies

31 Oct. 2022

En tant que gestionnaires de paies, nous sommes liés aux clients par un contrat. C’est sa nature qui parfois interroge et on doit bien préciser à nos clients qu’il ne s’agit pas de sous-traitance mais d’une prestation de service. 

 

Concrètement, de quoi parlons nous ? 

 

Les clients qui bénéficieront le plus de notre intervention seront ceux avec lesquels nous aurons réussi à bâtir une relation de confiance. 

Une bonne collaboration demande de la promiscuité où client et prestataire doivent se comporter comme s’ils faisaient partie de la même structure. Dans notre métier, on ne peut pas espérer qu’une intégration (ou onboarding) unique soit suffisante pour que les paies soient faites chaque mois sans erreurs. 

À nous la charge de nous adapter au rythme du client. À lui la charge de travailler à la mise en place des bons flux d’information, les bonnes conditions et de nous considérer comme un de leurs services comme les autres. La relation doit être nourrie en permanence par toutes informations utiles.

Nous nous situons dans la chaîne de production et à ce titre de la qualité des informations à traiter dépend celle de la prestation.

 

Est-ce que cela est plus facile à dire qu’à faire ? Peut-être !

 

Car après des années à travailler avec le secteur privé, cette collaboration avec le public nous remémore de façon très juste les principes sur lesquels nous avons bâti notre expertise et qui nous ont amené jusqu’ici aujourd’hui. 

Le secteur privé s’est lancé dans l’externalisation il y a plus d’une dizaine d’années. Il s’est habitué à déléguer certaines tâches volontairement, surtout pour des raisons économiques comme améliorer la productivité et faire baisser les coûts. 

Le secteur public le découvre depuis bien moins de temps et y a été contraint par nécessité de qualité, pour suivre les fortes évolutions législatives et pallier le cruel manque de ressources humaines prêtes à s’engager chez eux.

Pourtant, le public a globalement démontré une qualité, une implication et une éthique de travail bien plus fortes que celles que nous rencontrions ces derniers temps dans le privé. De manière peut être surprenante pour certains, nos interlocuteurs sont investis et ont un esprit de service public très développé ce qui dément les idées reçues sur les agents de la fonction publique. Surtout, nous avons constaté que les agents de la fonction publique quelle qu’elle soit, sont dans une relation aide/solution et acceptent les retours qui peuvent leur être faits.

Notre relation s’apparente davantage à une relation entre collègues qu’à une relation de donneur d’ordre à sous-traitant.

Ils ont compris que notre intervention pouvait être vecteur de changement et avoir une réelle prise sur leurs conditions de travail et problèmes récurrents. Admettant au passage que nous les aidions à se concentrer sur la bonne exécution de leurs missions de service public et nous voyant comme de réels facilitateurs; une relation dans laquelle il vaut le coup de s’investir. 

 

Est-ce que cette ouverture d’esprit a aussi quelque chose à voir avec l’existence d’une plus grande éthique propre à la fonction publique ? 

Nous ne basons pas nos observations sur quelques clients mais bien sur les dizaines que nous suivons et avons vu passer. 

Maintenir une éthique de travail c’est travailler dans un environnement d’honnêteté, de respecter ses engagements, de collaborer avec humilité et savoir reconnaître la valeur de l’autre.

Un climat sain et éthique permet de gagner en crédibilité, d’augmenter la productivité et d’améliorer la qualité de vie au travail. 

Cet état d’esprit sans opposition, fluide permet à chaque partie de s’économiser. De concentrer ses forces sur la résolution des problèmes. Nous sommes formés à travailler selon les besoins du client et à se tenir à l’écoute. N’hésitez pas à réaffirmer vos besoins au consultant et tenez vous prêt à faire évoluer les process nécessaires quand votre partenaire vous le suggère. 

Bonne collaboration !

*rapport 2022 de la Mutualité Fonction Publique (MFP)

Nos autres articles

Des moments marquants / Marie-Claude Batier :  » Voir ses clients revenir de chez ses concurrents »

Des moments marquants / Marie-Claude Batier :  » Voir ses clients revenir de chez ses concurrents »

Il y a des expériences dans une carrière qui forgent la vision de votre métier et le service que vous apportez à vos clients. Marie-Claude Batier, présidente de Res Humana – société d’externalisation de paie et de RH à Lyon, n’imaginait pas que son vécu de dirigeant nourrirait autant la vision de son produit et qu’elle serait clé plus tard pour se démarquer de ses concurrents.

Marie-Claude Batier : « la gestion de paie a été très bousculée par la mise en place du chômage partiel »

Marie-Claude Batier : « la gestion de paie a été très bousculée par la mise en place du chômage partiel »

Marie-Claude Batier, la présidente de Res Humana a à nouveau accepté l’invitation du magazine Vudailleurs.com pour évoquer le sujet du chômage partiel mis en place suite à la pandémie de Covid-19 et des contrôles qui lui sont appliqués. Retrouvez l’interview en vidéo et ci-dessous.

L’urgence sanitaire à laquelle nous faisons face depuis le mois de mars – suite à la pandémie de Covid-19 – a entraîné des bouleversements dans le secteur du travail. En annonçant que l’indemnisation au titre du chômage partiel serait financée à 100%, l’État a ouvert la voie aux abus et aux fraudes.

Bonjour Marie-Claude, merci d’être avec nous. Alors concrètement, à quoi a dû faire face le gouvernement suite aux mesures de chômage partiel qu’il a mises en place? Est ce qu’il aurait pu faire autrement?

Flash info: Forfait mobilité 2020

Flash info: Forfait mobilité 2020

«  Le forfait mobilité durable a été mis en place par la Loi d’orientation des mobilités votée le 24 décembre 2019 et est entrée en vigueur le 1er janvier 2020.   Avec cette loi, le forfait est déterminé par l’article L 3261-3-1 du Code du travail : « L'employeur...

Prélèvement à la source en Europe : le casse-tête français

Prélèvement à la source en Europe : le casse-tête français

Depuis l’application du prélèvement à la source au 1er janvier 2019, la France a rejoint les pays européens. En Europe la quasi-totalité des Etats ont adopté cette mesure depuis des années comme l’Allemagne qui l’a appliquée en 1926. Les critiques les plus récurrentes...